7 expressions françaises sur les animaux pour apprendre le français en s’amusant

7 expressions françaises sur les animaux pour apprendre le français en s’amusant
Do not index
Do not index
Related to Authors (1) (Content)
Beaucoup d'expressions s'emploient dans notre quotidien et sont un excellent moyen d'apprendre la langue française de manière ludique.
Expressions sur la nourriture, les fleurs, le voyage... il existe une multitude de catégories, et aujourd'hui on s'intéresse en particulier aux expressions sur les animaux, illustrées avec humour par Audrey Langevin, auteure du blog Les Dédexpressions.
Les connaissez-vous toutes ?

Copains comme cochons

Se dit d'amis de longue date qui s'entendent parfaitement et font beaucoup de choses ensemble. Deux personnes liées par une forte amitié.
Pour comprendre d'où vient cette expression, il faut s'intéresser à l'origine du mot "cochon". Plus précisément, de la déformation du mot "soçon" qui vient du latin socius pour dire "compagnon", "camarade" ou encore "associé". Au 16ème siècle, on disait "camarades comme cochons", jusqu'au 18ème siècle lorsque "camarades" fut remplacé par "amis" puis par "copains" au 19ème siècle.
“Copains comme cochons” © Les Dédexpressions
“Copains comme cochons” © Les Dédexpressions
 

Du vent à écorner les boeufs

Cela signifie qu'il y a beaucoup de vent, il y a des vents violents.
À l'époque, les paysans profitaient du fait que les mouches ne sortent pas les jours de grand vent pour écorner leurs bovins, leur permettant de cicatriser plus facilement. L'écornage des animaux se pratiquait au moins depuis le 12ème siècle, période à laquelle le mot "écornage" est apparu. L'expression aurait été reconnue au 21ème siècle.
“Du vent à écorner les bœufs” © Les Dédexpressions
“Du vent à écorner les bœufs” © Les Dédexpressions
 

Prendre la mouche

Se vexer, s’énerver facilement sans raison apparente. Se fâcher, avoir une réaction très vive.
Au début du 17ème siècle, le mot “mouche” était très employé pour désigner la plupart des insectes. Par exemple, pour l’abeille on disait “mouche à miel”. Pour le taon, cette mouche qui pique brutalement les chevaux ou les bœufs, “mouche à bœufs”. La douleur brutale ressentie par l’animal pouvait provoquer une réaction si vive, que l'expression "prendre la mouche" a vu le jour.
“Prendre la mouche” © Les Dédexpressions
“Prendre la mouche” © Les Dédexpressions
 

Avoir une haleine de chacal

Quand on a une haleine de chacal, on a mauvaise ou très mauvaise haleine.
Le chacal est considéré comme un charognard à forte haleine. Mais cette expression viendrait aussi d'Anubis. Le dieu égyptien de la mort était en effet représenté avec une tête de chacal. On peut également dire "avoir une haleine de Saint-Colomban", c'est-à-dire avoir une haleine proche du nauséabond - qui s'apparente à un fromage puant oublié sous un soleil d’été.
“Avoir une haleine de chacal” © Les Dédexpressions
“Avoir une haleine de chacal” © Les Dédexpressions
 

Tête de linotte

Se dit d'une personne étourdie qui a une “cervelle d'oiseau”. Une personne distraite, qui n'a pas une bonne mémoire.
La linotte est un petit oiseau à bec jaune de la famille des fringillidés, au cerveau minuscule. Alors pourquoi la linotte mais pas le pigeon, la poule ou l'hirondelle ? À l'époque, la linotte était considérée comme étant un animal étourdi, au même titre que la mule était considérée comme têtue. C'est donc naturellement qu'on a confondu le comportement de la personne et celui de cet oiseau.
“Tête de linotte” © Les Dédexpressions
“Tête de linotte” © Les Dédexpressions
 

Les chiens ne font pas des chats

Cette expression signifie hériter du comportement et des goûts de ses parents. Ressembler trait pour trait à ses parents. Avoir les mêmes traits de caractère ou physiques que ses parents.
La métaphore des chiens qui ne peuvent en aucun cas donner naissance à des chats reflète donc l'inévitabilité de ressembler à ses parents ou de reproduire un même schéma de vie. Ressemblance pouvant exister entre des parents et leurs enfants, que ce soit du point de vue des traits de caractère du physique ou du parcours. Même si l’expression réfère surtout à la génétique, elle est aussi utilisée en rapport à d'autres situations.
“Les chiens ne font pas des chats” © Les Dédexpressions
“Les chiens ne font pas des chats” © Les Dédexpressions
 

Reprendre du poil de la bête

Se sentir mieux après avoir été malade, reprendre des forces. Cette expression signifie aussi reprendre l'avantage sur son adversaire après avoir été en situation de faiblesse.
À l'origine, cette expression voudrait dire "chercher le remède dans ce qui a causé le mal" ou "chasser le mal par le mal". Elle viendrait alors de la croyance répandue que les poils de la bête qui venait de mordre permettaient de guérir la plaie. Aujourd’hui, cette croyance n'est plus, mais on utilise toujours "reprendre du poil de la bête" pour signifier qu'on se sent mieux après avoir été malade ou s'être blessé.
“Reprendre du poil de la bête” © Les Dédexpressions
“Reprendre du poil de la bête” © Les Dédexpressions
 
Et vous, quelle est votre expression française préférée ? Commentez ci-dessous.
Pour affiner vos connaissances en français et découvrir davantage d'expressions sur les animaux, jetez un œil à cet ouvrage.
Et pour varier votre vocabulaire, rien de tel que de pratiquer votre français conversationnel avec d’autres SpeakMeeters en visio depuis chez vous.

Parle avec fluidité et deviens plus à l'aise.

Pratique dans nos ateliers de conversations guidés par des natifs qualifiés.

Commence à pratiquer